Enfilez vos plus beaux costumes, le défilé commence !

melange

En ces temps de fashion week, un peu de mode ne fait pas de mal. Aujourd’hui c’est le film « Sex and The city » qui dévoile ses faces cachées. Sorti en 2008, le long-métrage qui succède à la fameuse série n’est pas passé inaperçu.

« Sex and the City » fait bel et bien parti de ces films se prêtant bien au placement de produits. L’histoire se déroule autour de 4 belles femmes dont finalement le personnage principal se confond avec la consommation. Ce long métrage fait l’effet d’une vitrine que l’on exposerait au grand public, les enseignes défilent dans la vie des 4 héroïnes. Pas moins de 150 marques font leur show. Le film étant basé sur le sexe et le shopping, on y retrouve beaucoup d’enseignes de mode: Chanel, Vera Wong, Dior, Louis Vuitton, Vivienne Westood ( la robe de mariée de Carrie ) .. Mais pas que ! D’autres marques, cette fois, de grandes consommations ont aussi trouvés leur place: Starbuck, San Pellegrino, ou encore Sky Vodka. Pendant toute la durée du film (2h30, il faut quand même le dire) les marques défilent à l’écran, oralement ou visuellement. Une chance que le PP s’intègre plutôt convenablement au cinéma.

La particularité de « Sex and the City » se situe justement dans les marques. Ces dernières jouent un vrai rôle dans le scénario. Elles obsèdent, elles passionnent, elles habillent les héroïnes jusqu’à leur donner une identité tel un spot publicitaire.

Bien avant le long-métrage, la série Sex and the City, avait permis à certaines marques d’émerger: Jimmy Choo, Christian Louboutin ou encore Manolo Blahnik. Quand vient le film, les marques se démultiplient davantage. Mélangés les uns aux autres, ces designers sont en quelque sorte noyés dans une foule de concurrents. Dans un scénario où le luxe est considéré comme un dû, le film et la série contribuent à rendre la haute couture plus désirable. C’est d’ailleurs pour cela que le film a dépassé les frontières des Etats-Unis. Ces quatre «fashionistas» de Manhattan se sont trouvées des fans en France et pas des moindres !

La touche finale ? Le macbook de l’héroïne principale. Il aurait été étonnant qu’Apple ne fasse pas son apparition. En effet, l’ordinateur portable Mac de Carrie, lui sert de journal intime. Il est visible mainte et mainte fois et prend part entière du décor.

Il ne fait aucun doute que pour les marketeurs, ce film est un véritable trésor. Le long métrage possède un vrai potentiel lucratif.

Alors allez-y, recommencer, relookez, et re-apprécier ce film en le visionnant une seconde fois, mais cette fois-ci, d’un oeil différent 😉

A bientôt,

Audrey Prins, Les AAJAAK

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s